Logo de la Métropole Nice Côte d'Azur

Les communes

Le Kiosque


Qualité de l'air

Mise en consultation du public du projet de Plan d’Amélioration de la qualité de l’air de la Métropole Nice Côte d’Azur incluant la mise en place d’une Zone à Faibles Emissions (ZFE) 

En application de la Loi d'Orientation des Mobilités (LOM) n° 2019-1428, du 24 décembre 2019, la Métropole Nice Côte d’Azur annonce que son projet de Plan d’Amélioration de la qualité de l’air, incluant la mise en place d’une Zone à Faibles Emissions (ZFE) est mis à disposition du public du 15 septembre 2021 au 15 novembre 2021 inclus :
 
 
Les avis sont à transmettre sur l’adresse mail suivante :
 
Les documents sont également disponibles à la fois sur ordinateur et en version papier, ainsi qu’un registre permettant de recueillir les avis à l’adresse suivante :
 
Laboratoire de l’Environnement de Nice Côte d’Azur
333 Promenade des Anglais
06200 Nice
Bâtiment situé côté mer, à l’entrée de la station d'épuration Haliotis.
Parking gratuit, accès PMR.
du 15 septembre 2021 au 15 novembre 2021 inclus
 
Horaires d’ouverture au public 
  • du lundi au jeudi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00
  • le vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 15h30

Brûler mes déchets verts, ça pollue l'air !

La combustion des déchets verts est polluante pour l’air que nous respirons et produit donc des effets indésirables sur notre santé. Cette pratique émet de nombreux gaz et particules nocifs. Les particules véhiculent notamment des composés cancérigènes. Une exposition chronique, même en concentration modérée, a des conséquences sur notre santé.
 
 

La qualité de l’air de l’agglomération niçoise

Entre mer et montagne, dans un cadre de vie exceptionnel, Nice est toutefois victime de ses atouts :
• Le soleil et la chaleur, qui favorisent la formation d’aérosols secondaires par photochimie comme l’ozone,
• Le temps sec, qui favorise le ré-envol des particules en suspension,
• La faible intensité des vents « fort » à « très fort » qui permettraient une dispersion des polluants,
• La pratique du brulage des végétaux ou le chauffage au bois en zone urbaine dense,
• L’influence de sources de pollution lointaines comme la plaine du Pô (agglomération de Milan) ou les sables du Sahara...
• La concentration des voies de circulation sur une bande littorale étroite concentre également les sources de pollution par les véhicules thermiques individuels,
• L’aéroport est situé en ville, à 15 minutes du centre ville et à 30 minutes de Cannes et Monaco.
 
Cependant l’agglomération niçoise est moins soumise aux phénomènes de pollution atmosphérique que d’autres métropoles françaises en particulier en l’absence d’industrie émettrice et grâce au phénomène de brises de mer et de terre qui disperse généralement la pollution au quotidien. A noter que dans le domaine de la qualité de l’air, les comparaisons entre territoires soient particulièrement difficiles à effectuer.
On constate globalement sur les 10 dernières années, en prenant en compte les influences météorologiques, que les actions menées à l'échelle européenne et nationale sur les motorisations, et celles menées localement par la métropole de Nice Côte d'Azur avec notamment : la réduction et la fluidification du trafic automobile, l’augmentation de l’offre de transport en commun, les services de mobilité décarbonée (Vélo bleu et Autopartage), les études menées en amont des grands projets, les campagnes de sensibilisation des citoyens, etc., ont permis une amélioration, de manière tendancielle, des niveaux de pollution enregistrés, et par conséquent, une amélioration de la santé et du cadre de vie des citoyens.
 

La surveillance réglementaire de la qualité de l’air

C'est l'association AtmoSud, agréée par le ministère de l'environnement, qui assure la surveillance de la qualité de l'air, communique le résultat des analyses de l’air et le niveau d’indice de qualité de l’air aux responsables décisionnaires.

Sa mission est de gérer quotidiennement le réseau de mesure des polluants de l’air par :

  • Le déploiement et la maintenance de stations de mesures,
  • La vérification de la conformité de la qualité de l’air vis à vis de normes en vigueur,
  • La participation aux actions et aux études pour l’amélioration de la qualité de l’air,
  • L’information du public.

Au sein de cette association sont réunis des services de l’Etat, des collectivités territoriales, des industries et des associations qui agissent en partenariat. Cette assemblée multipartite permet le dialogue, la concertation et est la garantie de la transparence et de la crédibilité des mesures mises en place.

Lors de pics de pollution prévus qui peuvent être « d’information », « d’alerte » ou « d’alerte renforcée » suivant les polluants modélisés, la collectivité se charge en plus des canaux de communication activés par l’Etat et AtmoSud, de relayer les messages aux citoyens notamment au moyen des panneaux à messages variables aux bord des voies ou l’envoi de SMS et mails aux responsables d’établissements recevant du public.