Logo de la Métropole Nice Côte d'Azur

Les communes

Le Kiosque


S'informer

Observatoire du développement durable

Avec plus de 130 ans d'expérience en analyses et d’études en environnement, l’observatoire du développement durable est le laboratoire de la Métropole dont les missions principales sont la protection de l'Environnement et de la Santé Publique.
 L’observatoire a inscrit son activité dans une démarche de qualité, avec une volonté sans faille pour prospecter de nouvelles voies analytiques et pour s’impliquer dans les études de surveillance.
 
 

Historique

 
En 1887, la Ville de Nice conçoit le projet de créer un Laboratoire Municipal d'Analyses afin de pratiquer la recherche qualitative des falsifications de denrées alimentaires.
 
Au fils des évolutions, en 2000, le Laboratoire Municipal devenu laboratoire de l'Environnement emménage dans ses nouveaux locaux, au 333 Promenade des Anglais, sur le site de la station d'épuration Haliotis, complétant ainsi le "pôle environnement" de la Ville de Nice.
 
Le 1er janvier 2002, les compétences du laboratoire de l'Environnement de la Ville de Nice sont transférées à la Communauté d'Agglomération de Nice Côte d'Azur. Le laboratoire devient le Laboratoire de l'Environnement Nice Côte d'Azur.
 
Le 1er janvier 2009, la Communauté d'Agglomération de Nice Côte d'Azur devient la Communauté urbaine Nice Côte d'Azur et le Laboratoire de l'Environnement devient l’observatoire du développement durable le 22 mai 2009.
Le 1er janvier 2012, la Communauté urbaine Nice Côte d'Azur est devenue Métropole Nice Côte d'Azur.
 

Une logique d’évolution 

La spécialisation de l’observatoire du développement durable dans les domaines de l’étude et de l'analyse de l'eau et de l'environnement, a conduit les élus de Nice Côte d’Azur à intégrer cette structure à la compétence environnement, lors de la création de la communauté d’agglomération.
 
L’observatoire est un service performant au centre d'un dispositif de contrôle, de maîtrise et de préservation de la qualité des eaux et de l’environnement.
 
De part le maillage métropolitain et son rayonnement géographique, l’observatoire permet d'offrir un service de proximité à destination de tous les services métropolitains, aux communes membres et au Conseil départemental.
 
L’observatoire du développement durable est accrédité par le Comité Français d’Accréditation (COFRAC) sous le n° 1-2437, sa portée d’accréditation est disponible sur le site www.cofrac.fr. Tout paramètre, hors portée d’accréditation, est réalisable.
 
L’observatoire est un laboratoire indépendant sous agrément ministériel pour un certain nombre de paramètres dont la liste est disponible sur demande et sur les sites AGRELAB et Labeau.
L’observatoire du développement durable (14 personnes - ingénieurs, techniciens, préleveurs) a mis ses compétences analytiques et d’expertises au service des communes, du Conseil Départementale et des différentes directions de la métropole NCA pour les prélèvements, les analyses, le conseil et le suivi des besoins.
De part sa politique qualité, l’observatoire s’assure du maintien des compétences de son personnel habilité.
 
Nos valeurs :
• intégrité, sens du service à la clientèle
• impartialité, indépendance garanties par l'absence de but lucratif liée au statut public
• système de management de la qualité
• reconnaissance officielle par l'agrément des ministères (https://agrelab.anses.fr et www.labeau.ecologie.gouv.fr).
 
Deux unités techniques, l’Unité Chimie et l’Unité Microbiologie, équipées d’un matériel performant dédié à l'analyse et la préparation des échantillons et un secteur prélèvement :
 
Le personnel est à même de mener des plans de charge analytiques et des études de surveillance.
 
L’activité en chiffre
 
Traitement d’environ 6 000 échantillons, représentant plus de 30 000 analyses par an.
 
Veille normative, réglementaire et scientifique – groupes de travail
L'évolution des normes et des méthodes d'analyses ainsi que l’application des textes réglementaires sont de première importance pour le maintien des compétences de l’observatoire du développement durable qui assure une veille réglementaire, normative et scientifique.
 
Depuis plusieurs années nous sommes membre des organisations suivantes :
• Association française de normalisation (AFNOR) : http://www.afnor.org
• Essais Inter-Laboratoires (EIL) : AGLAE : http://www.association-aglae.fr
 
 

Qualité et Accréditation

Système de management de la qualité
 
L’objectif du système qualité mis en place est d’une part la satisfaction du client et d’autre part l’amélioration de l’organisation interne du laboratoire.
Ce système permet de répondre aux exigences des référentiels suivants :
• la norme NF EN ISO/ CEI 17025 « Exigences générales concernant la compétence des laboratoires d’essais et d’étalonnage »,
• le document COFRAC LAB Réf 02 « exigences pour l’accréditation des laboratoires selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 »,
• le guide technique d’accréditation COFRAC LAB GTA 05 «Analyses physico-chimiques des eaux »
• le document COFRAC LAB GTA 23, guide technique d’accréditation « Analyses microbiologiques, biologiques et de biologie moléculaire des eaux »,
• le document COFRAC LAB GTA 29, guide technique « échantillonnage d’eau et essais physico-chimiques des eaux sur site ».
 
Accréditation par le COFRAC
 
Champ et validité des accréditations :
Pour les unités techniques Prélèvements, Chimie et Microbiologie, la portée d’accréditation n°1-2437 est consultable sur le site officiel du COFRAC : www.cofrac.fr
Les exigences d’accréditation nécessitent des moyens techniques adaptés et performants. 
 
L'évaluation de nos actions
 
L’observatoire s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue. Il a mis en place des indicateurs de suivi fixés annuellement en revue de direction afin de répondre à ses objectifs et d’améliorer ses prestations de service.
 

Les domaines d'activités
 

Les Unités
L’observatoire est en capacité d’effectuer des analyses sur les différents types d’eaux pour de nombreux paramètres comme par exemple :
- Paramètres globaux : pH, turbidité, conductivité, DCO, DBO, matières et suspension
- Matières organiques : COT, COD
- Polluants : matières azoté (NTK), Phosphates, HAP (Hydrocarbures)
- Micro-polluants organiques : HPA, PCB
- Micro-polluants minéraux (Métaux lourds) : Mercure, Plomb, Arsenic, Chrome, Zinc, Cuivre etc.
- Paramètres microbiologiques : Entérocoques et Escherichia Coli
 
Les Unités Chimie et Microbiologie ont une activité basée essentiellement :
- sur l'analyse chimique et biologique des eaux propres (eaux destinées à la consommation humaine, eaux de baignade, eaux naturelles, etc.), des eaux des vallons dans le cadre des autocontrôles,
- sur l’analyse chimique des eaux résiduaires dans le cadre des bilans qualité pour l’assainissement.
 
L’Unité Chimie réalise aussi l’analyse des boues (boues de station d’épuration, boues de revalorisation agricoles), des sédiments marins ou estuariens ainsi que des déchets issus du traitement des ordures ménagères.
 
Analyses
 
Eau/environnement et santé publique
 
Eaux destinées à la consommation humaine
Nous analysons les eaux de consommation dans le cadre d’autocontrôle pour les réseaux publics gérés par la Métropole et pour les communes membres.
 
Eaux de loisirs, piscine et baignade
Nous analysons les eaux de baignade dans le cadre d’autocontrôle pour les réseaux publics gérés par la Métropole et pour les communes membres.
 
Effluents urbains, sols
Dans le cadre de la connaissance des rejets au plan de leur composition physico-chimiques, de la caractérisation des boues de STEP en vue de leur valorisation et de leur épandage, de la maîtrise des procédés d'épuration, nous répondons aux besoins :
de la direction de l’assainissement de la Métropole,
• des stations d’épuration des communes membres.
 
Dans le cadre d’une démarche de dépollution, de gestion de déchets divers ou de sols pollués, nous pouvons caractériser le niveau de contamination d’un site par des analyses (sols bruts et lixiviation) et répondre aux demandes :
• de la direction de la collecte de la Métropole,
• de la direction des grands travaux,
• de la direction des activités portuaires,
• des communes membres.
 
Prélèvements
 
L’observatoire est un partenaire de terrain à l’écoute des réseaux publics gérés par la Métropole et des communes membres. Il est accrédité pour les prélèvements instantanés d'eaux et mesures sur sites et dispose de tous les moyens nécessaires en véhicules réfrigérés, matériels de prélèvements et d'analyse in situ.
 
L’observatoire peut aussi communiquer toutes les modalités nécessaires au prélèvement en fonction des paramètres recherchés.
 
Les agents préleveurs, qui parcourent les routes de la Métropole pour réaliser les prélèvements et les études de terrain, ont une compétence et une expérience reconnues.
 
Etudes de surveillance
 
Pour évaluer l’impact d’activité sur l’environnement, le laboratoire propose des études de surveillance :
• bio-surveillance grâce à des bio-indicateurs en milieu aquatique (truites en cours d’eau, moules et loups en milieu marin) et dans l’air (ray-grass, tabac)
• Système d’évaluation de l’état des eaux (hydrobiologie)
• bilan qualité des rejets urbains et industriels.
 

Partenariats

 
L’Observatoire du Développement durable a noué des collaborations scientifiques avec des établissements publics (Centre Hospitalier Universitaire de Nice, Université Nice Sophia-Antipolis, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale (INSERM)) ainsi que des associations et organismes spécialisés (dont le Comité Scientifique des Iles de Lérins et le Musée Océanographique de Monaco).
Ces rapprochements ont permis de collaborer scientifiquement sur certaines thématiques tels que :
- la protection de la biodiversité marine
- la gestion et protection des ressources en eaux (douces et marines)

- l’aménagement durable des espaces littoraux,