Logo de la Métropole Nice Côte d'Azur

Les communes

Le Kiosque


L'énergie et le climat

La consommation d’énergie fossile reste l’origine principale du dérèglement climatique en cours. De plus, l’approvisionnement en ressources énergétiques présente de nombreux enjeux dont dépend le territoire. 
 
Face à ces défis, la Métropole Nice Côte d’Azur a déployé une politique climat-énergie ambitieuse dans l’objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre et sa vulnérabilité vis-à-vis des combustibles fossiles. 
 
A ce titre, la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables font partie des axes majeurs définis dans le nouveau Plan Climat-Air-Energie territorial 2019-2025. En tant que membre de la Convention des Maires pour le Climat et l’Energie, la Métropole s’engage également sur de fortes ambitions en termes de réduction des émissions de CO2 et s’inscrit notamment dans les objectifs européens du Cadre pour le climat et l'énergie à l’horizon 2030. Pour rester cohérente à toutes les échelles, la stratégie climat-énergie de la Métropole s’aligne aussi sur les objectifs du Schéma régional d’aménagement et de développement durable et d’équilibre du territoire (SRADDET).
 

Enjeux Energie 

La Métropole Nice Côte d’Azur produit aujourd’hui environ 9% de son énergie à partir de sources renouvelables. Les objectifs 2026: doubler ce ratio pour atteindre 18% et réduire de 18% les consommations. 
Les vallées de la Tinée et de la Vésubie, pour leur part, ont fait l’objet d’important aménagement dans le domaine de l’hydroélectricité. Le développement des microturbines et des smart grids sont aussi des actions phares à inscrire au bilan du précédent plan climat 2013-2018.
 
Toujours dans l’optique de poursuivre les efforts en matière de maîtrise de la demande en énergie, la production locale est accélérée par les premières créations de réseaux urbains thermiques sur géothermie. Ce déploiement doit être intensifié et s’accompagner de l’essor attendu des installations solaires ainsi que des premières stations à hydrogène.
  • Réduire nos consommations pour revenir à une sobriété énergétique préalable à toute transition ;
  • Accentuer les mesures d’efficacité énergétique ;
  • Développer les énergies renouvelables propres et locales à toutes les échelles : individuels, entreprises, collectivités…
  • Anticiper les surcoûts potentiels liés à la raréfaction des énergies fossiles.
 

Enjeux climat  

Plus largement et concernant le climat, la Métropole a élaboré son Plan Climat sur la trajectoire de la neutralité carbone à atteindre en 2050. Cet objectif suppose une réduction de 75% des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050. Pour y parvenir : des jalons intermédiaires, un programme d’actions évalué en continu et la prise en compte des deux volets Atténuation et Adaptation aux effets du changement climatique.
 
Les secteurs du transport et celui du bâtiment, par les consommations énergétiques qu’ils induisent, sont les principaux émetteurs de gaz à effet de serre sur le territoire. 
  • Se déplacer autrement pour renforcer l’utilisation des modes doux : la voiture individuelle représente 37 % des émissions de GES de la Métropole, 40 % des trajets font moins de 3 km. 
  • Améliorer la performance énergétique de notre habitat : 45 % des logements métropolitains ont été construits avant 1975 et doivent être rénovés. 
 
L’empreinte carbone de notre alimentation présente également des leviers importants à actionner grâce au lancement d’un projet alimentaire territoriale cette année 2020.