Logo de la Métropole Nice Côte d'Azur

Les communes

Le Kiosque


S'informer

Nuisances sonores et aéroport

    • logo metropole480

Depuis 2008, l’amélioration du paysage sonore compte parmi les priorités de la ville de Nice.

Cette priorité s’est concrétisée dès 2010 par un Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement, premier plan intercommunal en France. L’aéroport de Nice, Côte d’Azur, 2ème aéroport de France après Paris, constitue un atout majeur pour la Métropole :

  • 11 millions de voyageurs,
  • près de 110 destinations directes
  • près de 60 compagnies régulières
  • Plus de 30 pays reliés directement à Nice


Cet aéroport présente cette caractéristique unique d’être pratiquement dans la ville, ce qui conduit à des nuisances sonores pour les riverains. La Commission Consultative de l’Environnement, sous la Présidence de Monsieur le Préfet a permis :

  • En décembre 2009,  que l’on revienne aux trajectoires de décollage antérieures, beaucoup moins bruyantes que celles instaurées en avril 2008.
  •  Lors de la révision du Plan de Gêne Sonore en 2011, à l’issue d’un travail en étroite association avec l’aéroport et les riverains, d’intégrer davantage de riverains dans le périmètre, et en conséquence le nombre de riverains pouvant être indemnisés (+ 1295 personnes indemnisables, soit +700 logements par rapport à 2004) ; depuis le 1er janvier 2012, 100% des travaux d’insonorisation par l’aéroport, au lieu de 80% les années précédentes. 
  • La reconduction du NOTAM, qui impose la fermeture des postes de démarrage sur l’aire Kilo de nuit, jusqu’à ce qu’une solution pérenne soit trouvée.
  • Enfin, un arrêté concernant les vols de nuit est appliqué depuis le 30 octobre 2011 sur la plateforme aéroportuaire pour les avions les plus bruyants qui ne respectent pas le seuil acoustique le plus restrictif en France.

Ces avions sont de fait interdits d’atterrissage entre 23h30 et 6h15 et de décollage entre 23h15 et 6h.

Aujourd’hui, les principales nuisances se concentrent sur l’aire de démarrage de l’aviation d’affaires, appelée l’aire « kilo »

Les principales nuisances sonores liées à cette aire kilo sont produites par les opérations de préparation des avions et notamment par les APU (Auxiliary Power Unit), ces petits réacteurs installés dans le fuselage de l’aéronef chargés d’alimenter en électricité l’avion.

Depuis que la Métropole est présente au sein de la CCE (Commission Consultative de l’Environnement), des actions ont déjà été engagées pour réduire les nuisances de cette aire « kilo » :

  • tractage des appareils,
  • recul de l’aire de démarrage de 30 m.


Malgré tout, des mesures acoustiques réalisées par les services métropolitains ont montré que l'emploi des APU engendre des pics de l'ordre de 8 à 10 décibels supérieurs aux bruits ambiants, circulation routière incluse.

Un ensemble de solutions a été étudié, avec un suivi au sein du Groupe de travail bruit de la CCE, en association avec les riverains :

  • Emploi systématique de solutions techniques moins bruyantes que les APU (dénommés GPU et ACU), et si cela n’est possible, alors interdiction de l’utilisation de l’aire de démarrage entre 20h et 8h et/ou tractage des avions sur une zone plus isolée ;
  • Remplacement des APU et GPU par des prises électriques délivrant un courant adapté aux avions, à l’instar de l’aéroport de Genève (système en fonction depuis 1998)
  • Déplacement total de l’aire de démarrage sur un site mieux protégé et plus éloigné des habitations.


Depuis lors, différents tests de positionnement de l’aire kilo ont été réalisés, associés à des mesures du bruit, en 2011 et 2012, effectuées conjointement par l’aéroport et les services de la Métropole.

Une solution innovante, qui sera mise en œuvre à Nice et pour la première fois en France

Il s’agit de fournir l’électricité et l’air préconditionné nécessaires à la préparation des avions, par installations fixes : les pop up, qui sont des installations moins bruyantes. Ce système présente de surcroît l’avantage de réduire en même temps les impacts sur la qualité de l’air et les émissions de gaz à effet de serre liées à cette préparation des avions au sol.

Une réalisation qui permet une obtention de résultat pour l’été 2014 :

  • Début des travaux : automne 2013/ 2014.
  • Mise en place prévue pour 2014, avec un début d’exploitation pour mai 2014.

D’ici la fin du 1er semestre 2014, l’aéroport de Nice Côte d’Azur sera donc le premier en France à intégrer ces équipements techniques, le second en Europe après Genève.
 

Share |